L’utilisation des SMS pour récolter des fonds : quel résultat ?

Marketing des legs: le parent pauvre du fundraising en Suisse?
9 novembre 2010
Article « Le Temps »
11 août 2011

 

L’utilisation des SMS pour récolter des fonds : quel résultat ?

A Genève, du 27 janvier au 14 février 2011, le Palais Wilson s’est vu paré d’un immense ruban rouge formé de Leds lumineux, en soutien à la lutte contre les discriminations envers les personnes porteuses du VIH. Pendant deux semaines, les Genevois ont été appelés à participer à l’illumination du ruban, via l’envoi de dons par SMS.

Cette stratégie innovante de levée de fonds, dont le Groupe sida Genève a été l’un des précurseurs, n’en est qu’à ses prémisses en Suisse.

Selon M. Miguel Limpo, chargé de projet dans le domaine de la communication et de la visibilité institutionnelle, l’utilisation des SMS en « fundraising » se démocratise, mais uniquement en complément à des stratégies classiques de recherche de fonds.

Les nouveaux moyens de communication, qu’il s’agisse des SMS ou des réseaux sociaux, tels que Facebook ou Twitter, représentent, pour les organisations à but non lucratif, une formidable possibilité d’étendre leur visibilité, de faire parler d’elles et de susciter le débat autour des causes qu’elles défendent.

Ainsi, la stratégie SMS mise en place par le Groupe sida Genève, a par exemple permis à l’organisation de remettre le VIH et les discriminations subies par les personnes atteintes du virus, à l’ordre du jour. « Bien que la problématique du sida ait longtemps été sur le devant de la scène, il est nécessaire de trouver des manières innovantes et originales de réintroduire cette thématique au sein de la population », relève M. Limpo.

Ainsi, l’objectif premier de la campagne « Ruban rouge » du Groupe sida Genève  était aussi bien de récolter des fonds que de communiquer. D’ailleurs, d’après Miguel Limpo, les retombées médiatiques de la campagne ont dépassé son apport financier.

L’utilisation des SMS comme technique de levée de fonds ne se suffit pas à elle-même. Elle doit s’accompagner d’une stratégie de communication élaborée, incluant notamment des campagnes d’affichage et des spots publicitaires. « Si les moyens mis en place pour récolter des fonds sont modernes, il faut toujours une base traditionnelle pour communiquer », indique-t-il.

 

Les jeunes feront-il plus facilement des dons ?

A l’heure actuelle, déterminer de source sûre le profil des « donateurs SMS » reste difficile. Néanmoins, la recherche de fonds par SMS sera certainement, à l’avenir, un bon moyen pour attirer de nouveaux donateurs, dont un public plus jeune ou à revenus plus modestes.

« En général, les gens ne vont pas remplir un bulletin de versement pour  faire un don de 5 ou de 10 francs. Dans de tels cas, l’utilisation des SMS s’avère donc tout à fait adéquate » explique M. Limpo.

La récente apparition des Smartphones, particulièrement utilisés par les jeunes, offre la possibilité d’effectuer aisément une multitude de tâches depuis son téléphone portable. Faire un don par SMS devient ainsi simple et logique, puisqu’il est désormais possible de se renseigner, où que l’on soit, sur les activités d’une organisation à but non lucratif. De la quête d’informations à l’envoi d’un don, il n’y a que quelques secondes.

 

Investissements et retombées

Mettre en place une collecte de fonds par SMS ne demande en soi pas un grand investissement. Par contre, des efforts doivent être fournis pour susciter les dons, autrement dit pour motiver les donateurs à passer à l’acte.

Le Groupe sida Genève combine ainsi systématiquement événements et récolte de fonds. Pour ce qui est de la campagne « Ruban rouge », une soirée Gala a été organisée, parallèlement à l’installation du ruban lumineux sur la façade du Palais Wilson.

Mais en termes de retour sur investissement, le jeu en vaut-il la chandelle ?

« L’utilisation des SMS en recherche de fonds fonctionne, mais n’est pas une stratégie révolutionnaire », conclut Miguel Limpo. « C’est un nouveau moyen qui mérite d’être exploité, au même titre  que le sont les techniques traditionnelles. »

Le Groupe sida Genève, estime qu’il faut « suivre l’ère du temps » et compte utiliser à nouveau cette stratégie.

 

Pour en savoir plus sur ce thème…

Le prochain séminaire de recherche de fonds, organisé par Ethika pour le compte de l’association Swissfundraising, abordera cette thématique le jeudi 6 octobre 2011.  Mme Deborah Glejser, Porte-parole et Coordinatrice Communication et Mobilisation du Groupe sida Genève sera l’invitée, avec des représentants d’autres associations, d’une Table Ronde, qui aura pour thème « Prospection et fidélisation des donateurs : comment innover ? »

 

Image ruban rouge : © Jay Louvion, Studio Casagrande