Les nouveaux médias : quel usage pour les ONG ?

Article « Bulletin HEC » : Entreprises et ONG se pacsent
11 May 2009
Prochain séminaire fundraising à Lausanne
10 October 2010

 

Les nouveaux médias : quel usage pour les ONG ?

Les nouveaux médias offrent de multiples possibilités pour communiquer de manière innovante et efficace auprès d’un public varié. Aujourd’hui plus de 50% d’utilisateurs Facebook sont âgés de 25 ans et plus. C’est actuellement le plus grand vivier de donateurs, de bénévoles ou d’ambassadeurs potentiels de causes caritatives.

Le monde des ONG commence d’ailleurs à s’y intéresser de près. Ainsi Greenpeace compte plus de 270 000 fans rien que pour la partie internationale, l’UNICEF plus de 72 000 membres, Médecins Sans Frontières, plus de 55 000 fans… qui sont chacun reliés à d’autres amis !

Mais que sont exactement ces nouveaus médias et comment les ONG peuvent-elles en faire usage ?

Nous avons interrogé M. David Pihen, associé de Vanksen Group (Suisse) www.culture-buzz.com, qui a présenté ce sujet lors du séminaire fundraising les 1 et 2 octobre 2009, à Lausanne (https://www.ethika.ch/?page_id=8).

« On appelle nouveaux médias, toutes les utilisations nouvelles autour d’Internet telles que les médias sociaux Facebook, Twitter, ou les blogs et l’utilisation de téléphones portables ou même d’écrans interactifs devant des commerces », explique David Pihen.

Coopérer avec des bloggeurs influents

Les coopérations avec des bloggeurs permettent de mobiliser plusieurs centaines d’entre eux qui, s’ils acceptent la mission, deviennent alors de véritables ambassadeurs d’une cause pour la faire connaître à leur entourage.

« Bon nombre de bloggueurs ont une grande influence auprès des internautes », poursuit David Pihen. « Ils s’agit de les mettre en relation avec une cause, de mobiliser leur attention, afin qu’ils écrivent et communiquent sur cette cause et attirent l’attention sur elle.

Plusieurs partenariats se sont ainsi développés avec la coopération de bloggers. Il y a eu, par exemple en France, l’action de solidarité de Danone et Carrefour, qui a eu lieu dans tous les magasins Carrefour et Champion. Pour 5 produits Danone achetés = 1 repas est offert aux Restos du Cœur.

La participation de 130 blogueurs à cette opération a permis de distribuer 2’270 repas au Resto du Coeur.

« Dans le cadre du partenariat « Danone-Carrefour-les Restos du Cœur » nous avons proposé aux bloggeurs de BuzzParadise (www.buzzparadise.fr) d’écrire un article en leur donnant accès à une bannière « Moi j’ai participé ». Cela nous a permis de récolter de nombreux articles, permettant chacun la distribution de 10 repas à des personnes qui en ont besoin », ajoute David Pihen.

Faire appel à la communauté Internet

L’utilisation de la communauté Internet peut être puissante comme le démontre l’exemple du Telethon 2007, qui a lancé une «  vidéo virale » ayant pour titre « Je te donne mon cœur ». Dans le cadre de cette « chaîne créative », les internautes étaient invités à réaliser une vidéo, qui soit une suite de cette première vidéo et à publier leur création. Résultat : plus de 300 vidéos ont été visionnées 200’000 fois sur le web…

Pour initier le buzz de cette opération, quelques bloggeurs influents avaient reçu un cœur rouge et étaient invités à se filmer en faisant passer ce coeur de la droite vers la gauche, pour ainsi perpétuer la chaîne.

« Par cette opération, le Téléthon a touché un maximum de personnes en créant un énorme buzz autour d’une vidéo solidaire et a regroupé les esprits autour d’une même cause ».  Commente David Pihen. Pour visionner les vidéo : http://telesttoncoeur.fr/ .

Pour en savoir plus sur les opérations réalisées par Vanksen Group, faisant appel aux nouveaux médias dans le cadre de causes sociales ou environnementale : http://www.culture-buzz.fr/blog/Comment-recolter-des-dons-avec-le-Web-2-3182.html

Les jeunes, donateurs de demain, sont accros aux nouveaux médias

Il est important que les ONG prennent conscience que les donateurs de demain ne fonctionneront pas comme ceux d’aujourd’hui.

En effet, les jeunes délaissent les médias traditionnels et sont accros aux nouveaux. Ils n’écoutent la radio que pour la musique, mais de moins en moins au profit de sites comme Last.fm ou Deezer.com, où ils peuvent constituer leurs propres listes de titres. Ils regardent la télévision, mais juste pour leur série favorite. Ils ne lisent plus les journaux papier, sauf les gratuits parce que leurs articles sont courts. Ils ont tous un accès à Internet, souvent utilisé pour converser sur le réseau de socialisation Facebook.

Lorsque ces jeunes seront entrés dans la vie active et deviendront plus tard des donateurs, comment seront-ils sensibilisés par les causes et comment feront-ils leurs dons ?